© 2023 par Sérénité. Créé avec Wix.com

  • Facebook Social Icon

GEO = la TERRE - du grec gê 

BIO = la VIE - de bios 

LOGIE = la CONNAISSANCE - de logos, l’étude
 

La géobiologie, c’est la connaissance de la vie de la terre. Une science et un art à la fois !

 

  • Une science parce qu’elle repose sur des bases réelles, observables par nos physiciens et chimistes, même s’ils se donnent trop rarement la peine de s’y intéresser.
     

  • Un art parce qu’elle trouve son origine dans la radiesthésie et est abordée par l’utilisation du pendule et de la baguette.
     

La géobiologie est donc l’étude du monde dans lequel nous évoluons, des rayonnements cosmo-telluriques et leurs impacts sur notre santé.
Certains lieux sont « bénéfiques » à l’homme, d’autres moins, voire même pathogènes. Il faut donc apprendre à les reconnaître, les localiser et les corriger.
L’homme est triple, « Corps Charnel », « Esprit » et « Ame ». Si la géobiologie est exercée avec talent, humilité et honnêteté, elle résout alors les problèmes rencontrés sur ces 3 plans.


La santé de notre habitat dépend, bien évidemment, de la géobiologie, c’est-à-dire de la configuration de la terre sous notre maison et des rayonnements venus de son centre ou bien du cosmos, mais il peut y avoir de nombreuses autres raisons à ses perturbations.
Ne s’attaquer qu’à des causes matérielles est très insuffisant.

Sans les méconnaître, après les avoir analysées, nous rechercherons quelles peuvent être les sources mentales et spirituelles du mauvais taux vibratoire d’un logis. Nous essayerons, aussi, de donner, autant que possible, les solutions pour résoudre les problèmes, car notre santé dépend, essentiellement, de la qualité de notre logement et de notre lieu de travail.

Il faut savoir s’attaquer aux causes des maladies plutôt que de soigner les effets. Quand le nombre de cancers double tous les vingt ans, il est presqu’imbécile de dépenser beaucoup d’argent pour soigner les malades alors qu’on ne fait rien pour connaître la raison ou l’origine de leur maladie.

Voici que qu'en pense Peter Roche de Coppens, Professeur de sociologie et d’anthropologie en Pennsylvanie:

« La dimension apportée par la géobiologie, si elle pouvait être ignorée ou perdue jusqu’à maintenant, ne peut plus être passée sous silence aujourd’hui. Notre sensibilité accentuée nous force à progresser dans ce domaine. »
 

" Qui pense à ce qu’il y a sous son fauteuil lorsqu’il est assis à son bureau, à son poste de travail dans l’industrie, à sa place à l’école et plus généralement sous son lit lorsqu’il dort la nuit ?

Qui sait qu’il existe des courants telluriques, des rayonnements verticaux venant du sol ou réfractés, réfléchis par les angles des pièces ?

Qui a rapidement, spontanément, l’idée que s’il se réveille anormalement fatigué le matin, cela peut tout simplement provenir de ces radiations non visibles, c’est-à-dire en fait, d’un mauvais emplacement de son lit ?
De même pour les fatigues et les malaises inexpliqués dans la journée à sa table de travail, à l’usine, à l’école, etc. ... ?

 

C’est ce que la géobiologie nous enseigne en nous ouvrant les yeux sur des phénomènes qui étaient peut-être plus connus (ou tout au moins pressentis) par les anciens, mais qui ont été retirés de notre champ d’attention par la civilisation actuelle.
Peut-être parce que nous sommes submergés par des foules d’informations inutiles.

 

Il faut savoir que des observateurs, de plus en plus nombreux, pensent que la sensibilité individuelle est en train d’augmenter, qu’il y aurait une sorte d’explosion (ou d’implosion) d’une nouvelle énergie dans l’individu, laquelle fait épanouir la conscience humaine, en avive les perceptions.
La dimension apportée par la géobiologie, si elle pouvait être ignorée ou perdue jusqu’à maintenant, ne peut plus être passée sous silence aujourd’hui. Notre sensibilité accentuée nous force à progresser dans ce domaine.


Autrement dit, plus le temps passe, plus nous devenons sensibles et plus nous allons avoir besoin des informations ou données venant de la géobiologie. "


 

     GEOBIOLOGIE