• Corinne Toussaint

L'impact bénéfique des gens toxiques


Une personne peut nous être toxique en même temps qu'elle nous est bénéfique. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle nous avons tant de mal à nous en éloigner quand la coupe est pleine. Autrement dit, quand le mal qu'elle nous fait pèse soudainement plus lourd que le bien mais que nous ne bougeons toujours pas de là pour autant.

Les gens qui nous sont toxiques ont toujours la mainmise sur nous, la toxicité venant de ce que nous n'occupons pas notre juste place dans la relation. Nous avons peur. Les risques de nous imposer sont trop énormes. Mieux vaut marcher à tâtons, voire complètement nous écraser devant l'autorité.

C'est le pouvoir dominateur que l'on permet à quelqu'un d'exercer sur soi qui est à l'origine de n'importe laquelle de nos relations toxiques avec autrui.

Il s'agit d'un mécanisme de défense que nous avons acquis dans l'enfance pour nous protéger et qui dure et perdure encore aujourd'hui bien que nous soyons devenus adultes, et donc en principe capables maintenant de défendre nos droits lorsqu'ils sont bafoués.

Une relation toxique se bâtit dans notre vie en accordant d'immenses qualités à quelqu'un qui s'en goberge, se nourrissant cupidement de la grande admiration que nous lui portons ou de notre attachement aveugle.

Il s'agit forcément de quelqu'un de creux qui s'est forgé une image qu'il ou elle projette aux alentours dans un besoin viscéral de se nourrir de l'importance qu'autrui lui accorde, sans quoi elle n'est plus rien.

Nous reconnaissons les gens qui nous sont toxiques en nous posant les bonnes questions, la toute première étant tout naturellement :

* "Comment est-ce que je me sens avec cette personne ?"

Et la suivante, plus importante encore :

* "Qu'est-ce qu'elle m'apporte que je ne pourrais pas trouver ailleurs ?" Nous conservons de "bonnes relations" avec quelqu'un qui nous est toxique uniquement par peur de perdre des acquis que, pour une raison ou pour une autre, nous jugeons totalement indispensables à notre bien-être.

Et la personne le sait parfaitement bien. De là sa conduite grossière envers nous. Son comportement est inacceptable et nous le savons fort bien aussi, l'acceptant néanmoins l'échine courbée, nous rapetissant toujours davantage.

La dynamique que je viens de souligner est à l'origine de n'importe quelle situation toxique dans notre vie. Se jouant selon des programmes mis en place dans l'enfance auxquels nous ne portons pas l'attention qu'ils méritent, nous souffrons d'une relation à l'autre en raison de stratagèmes enfantins qu'il nous faut prendre en compte pour nous en sortir.

La personne devant laquelle nous courbons l'échine adore nous voir perdre notre dignité. Plus nous le faisons, mieux elle se porte. Elle nous veut à ses pieds. Et attention si nous tentons tant soit peu de nous relever, les insultes, les punitions, voire les coups (jusqu'à ce que mort s'en suive bien souvent), vont automatiquement pleuvoir...

Pour ces personnes, tout vient toujours de l'extérieur, jamais d'elles-mêmes. Elles ne sont par conséquent jamais personnellement responsables de quoi que ce soit. Nos arguments tombent systématiquement à plat. Toute tentative de discussion est futile, ne faisant qu'attiser une colère envers nous qui explose à la moindre remarque.

Ces gens là sont des êtres profondément perturbés que nous avons tout intérêt à fuir à toutes jambes. La situation est toujours dangereuse pour nous, sinon physiquement du moins émotionnellement.

Il nous faut fuir, partir, nous échapper au plus vite d'elles. Mais comment faire lorsque nous pensons par ailleurs avoir tant à perdre en les quittant ? Et voilà pour aujourd'hui en vous souhaitant de tout coeur et comme à l'accoutumée une vie heureuse et prospère en ces temps de profonde transformation humaine. Prenez bien soin de vous (c'est le secret).

Sophie Merle


7 vues

© 2023 par Sérénité. Créé avec Wix.com